À propos de la Journée mondiale du diabète

14 novembre

En savoir plus sur la Journée mondiale du diabète

Gérer le diabète
Plus de 50% des cas de
diabète de type 2

sont évitables

Gérer le diabète

Le diabète est une maladie chronique et progressive mais les personnes atteintes de diabète peuvent vivre une vie longue et saine avec une gestion adéquate de la maladie. Ceci comprend la gestion de la glycémie mais également les facteurs de risque de complication tels qu’une pression artérielle élevée et un taux de cholestérol important. Ces derniers peuvent être évités avec un régime sain, une activité physique régulière et l’utilisation correcte de médicaments prescrits par un prestataire de soins de santé. Les personnes atteintes du diabète doivent avoir accès à des soins suivis et organisés livrés par une équipe de prestataires qualifiés.

Les personnes atteintes du diabète de type 1 ont besoin d’un traitement régulier à l’insuline, un contrôle glycémique régulier et un régime et un mode de vie sains afin de prendre en charge leur maladie avec plus d’efficacité, pour retarder ou éviter les complications associées au diabète.

La pierre angulaire de la prévention du diabète de type 2 est l’alimentation saine, une activité physique accrue et le maintien d’un poids sain. La médication orale et l’insuline sont également fréquemment préscrits afin d’aider à contrôler les taux de glycémie.

Adopter un régime sain pour les personnes atteintes du diabète signifie réduire la quantité de calories chez les personnes en surpoids, remplacer les gras saturés par les gras insaturés, manger des fibres alimentaires et éviter la consommation de tabac, d’alcool et de sucres ajoutés.

L’activité physique est plus efficace lorsqu’elle comprend une combinaison d’exercice aérobique (par exemple faire du jogging, de la natation et du vélo) et des entraînements de résistance, ainsi que de réduire le temps consacré à l’inactivité.

Pour les personnes atteintes du diabète de type 1, un approvisionnement régulier en insuline de haute qualité est essentiel à la survie. Malheureusement, ce n’est pas le cas de tous les pays. Presque 100 ans depuis que l’insuline fut utilisée pour la première fois pour traiter le diabète de type 1, de nombreuses personnes atteintes de diabète continuent à avoir des difficultés d’accès à l’insuline à un coût adordable et de manière régulière afin de gérer leur condition.

La prestation de matériel d’injection et de contrôle est encore plus faible et le coût des fournitures de surveillance du taux de glycémie dépasse le coût de l’insuline, surtout dans certains pays les plus pauvres.

Le diagnostic du diabète peut avoir un impact sur l’individu et la famille

Les résultats d’une enquête menée par la Fédération Internationale du Diabète (FID) auprès de 7000 personnes sur le diabète dans sept pays différents, ont montré que la moitié des personnes qui vivent avec le diabète (51%) ont eu l’impression que leur diagnostic avait un impact sur leur famille. Deux personnes sur cinq (43%) ont dit qu’ils se sentaient nerveux au moment du diagnostic et un nombre similaire (46%) ne voulait pas être un poids pour leur famille.

Les préoccupations sur la qualité de vie d’un membre de la famille s’empirent avec la pression financière et l’accès au traitement lorsque le diabète est diagnostiqué – surtout dans les pays en voie de développement.

Les familles jouent un rôle important dans le soutien de leurs proches atteints du diabète mais ils ont besoin d’aide pour faire face aux pressions émotionnelles et financières qu’un diagnostic peut entraîner. Le diabète est l’un des principales causes de cécité, de crise cardiaque, d’insuffisance rénale et de perte d’un membre inférieur, et lorsqu’un membre de la famille est diagnostiqué, cela peut vite devenir une expérience très effrayante. Il est donc crucial que les professionnels de la santé et les gouvernements redoublent d’efforts afin d’assurer un meilleur accès au traitement et à l’éducation pour toutes les familles affectées.

Globallement et jusqu’à présent, seulement une famille sur quatre ont accès aux programmes d’éducation sur le diabète.

Partenaires officiels